George Dandin    de Molière

f Notre mise en scène

La volonté de cette mise en scène orchestrée par Victoire Vasselle est de conserver les codes visionnaires et indémodables de la comédie de Molière. Car revisiter une pièce de Molière, c’est renouer avec notre humanité dans toutes ses nuances et subtilités. La tromperie, le mensonge, les classes sociales, le mariage forcé, la bienséance… Ces thèmes, abordés dans George Dandin, restent intemporels. Et c’est au travers d’eux que la mise en scène explore la fausseté du comportement humain dans la société.

Le musicien dans le coffre

Le rire

“Le rire est satanique, il est donc profondément humain.” Le mot est de Charles Baudelaire dans L’Essence du rire. S’il assistait à une pièce de Molière, sans doute le répèterait-il! Qui mieux que Molière sait faire naître le rire de nos travers et de nos petites cruautés ? Pour lui, le rire est une arme. C’est avec lui qu’il combat les mœurs et les contraintes de son époque. Le rire permet de créer le lien entre comique et tragique. Et c’est grâce à ce miroir tendu au spectateur que ce dernier devient témoin mais aussi acteur de cette tragi-comédie. Cela offre aussi l’opportunité d’appréhender le travail d’orfèvre de la mécanique du rire chez Molière. Comment amener le rire à partir d’une situation tragique ? Quelles sont les constructions et spécificités du rire de Molière ?

La dualité

“Il est bon nombre de gens, en ce monde, qui ont un double visage”, notait Voltaire (Les pensées philosophiques). Chez Molière, chaque personnage porte en lui cette dualité. “N’est pas incompatible qu’une personne soit ridicule en de certaines choses et honnête homme en d’autres", écrit Molière d’Arnolphe (La Critique de l’Ecole des femmes). Pour lui, on est toujours un peu responsable de ce qui nous arrive, chacun porte du bon et du mauvais en lui et la beauté de l’humanité naît de ce caractère complexe. George Dandin ne fait pas exception à cette règle.

Mots doux, trahisons et faux-semblants...

La trahison

La pièce est souvent présentée comme fondamentalement tragique. Elle l’est si l’on rentre dans l’analyse abrupte et linéaire de la situation des personnages qui se trahissent les uns les autres. Angélique est trahie par ses propres parents qui, par cupidité, la vendent en mariage à un paysan fortuné qui souhaite la reconnaissance d’une ascension sociale méritée. George Dandin se trahit aussi lui-même en voulant passer pour quelqu’un qu’il n’est pas et en s’enlisant dans la mauvaise foi. Cette part sombre fait pendant au rire très présent et lumineux, dans la pièce qui transpire de vie, grâce à cette dualité.

La multiplicité des sens

La mise en scène exploite la multiplicité des sens… et des arts. La danse, la musique, le théâtre, la peinture... amènent le spectateur à accroître son champ de perception. De nombreux sens sont alors sollicités afin d’appréhender la fausseté du comportement humain. L’ensemble est soutenu par une ambiance “aux chandelles”, avec une lumière “vivante" ou "esquivante".